« Puisqu’il m’aime, il devrait savoir ce qui me fait plaisir ! »

Voici une phrases souvent prononcée lors de nos consultations conjugales. Les constructions imaginaires, les pensées magiques sur le couple ne manquent pas. Voici brièvement expliqués deux mythes du couple qui entraînent des malentendus et des déceptions :

Le mythe de la fusion

« L’âme sœur« , « ma moitié« , « l’autre partie de moi-même« , voici quelques expressions qui font croire que le couple consiste à réunir deux parties d’une même entité. Chacun considérant que l’autre est « sa moitié », cela revient à penser pour chacun des partenaires que l’autre fait un peu partie de lui. Chacun pense donc que l’autre a les mêmes goûts, les mêmes envies, les mêmes aspirations que lui. Chacun vit dans cette illusion de n’être qu’UN. L’autre en fait n’existe pas. Il n’est que un « objet » satisfaisant. C’est un état de fusion. Or, quand un atome est en fusion cela entraîne une implosion ! C’est la crise du couple, la crise de la différenciation.

« Ah ! tu n’aimes pas aller en vacances chez nos parents ? » « C’est vrai tu ne veux pas vivre en ville ? » « Non ! je pensais que tu aimais les surprises ?« . LA DIFFÉRENCE se fait entendre. Ils ne sont plus 1 mais 2, chacun avec leur particularité. Chaque partenaire se rend compte que l’Autre existe dans son individualité propre, ce réveil entraîne frictions, disputes, déséquilibre ou bien découverte, émerveillement, aventure !

NON la deuxième moitié de soi-même n’existe pas ! Ce qui existe c’est une Relation unique qui se construit au jour le jour entre deux personnes qui ont appris à se connaître, qui décident de marcher ensemble sur le chemin de leurs vies. Le défi du couple va être de conjuguer les deux individualités, les faire danser ensemble pour créer un troisième terme : Le Couple, conjonction des deux. C’est dans la reconnaissances et l’acceptation des différences de l’un et de l’autre que le couple s’épanouira dans la durée.

 

    Le mythe du sentiment amoureux

Des contes de fées de notre enfance aux comédies romantiques d’aujourd’hui tout pousse à croire que le plus difficile dans la relation amoureuse c’est la conquête amoureuse. « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » le livre se termine sur cette phrase, la dernière image du film fixe le couple dans l’harmonie de la rencontre enfin réalisée. Le sentiment amoureux est mis en valeur présenté comme la base de ce nouveau couple : « enfin leur amour pouvait s’exprimer librement ! » Ce qui est induit c’est que l’intensité du sentiment vécu à ce moment précis est fixé pour l’éternité, il ne variera pas. Or, le sentiment est comme un parfum, très fort au début, il s’évapore et peu à peu il ne reste qu’un effluve. Le sentiment est Vivant ! Le sentiment va avoir besoin d’être alimenté par des attentions du quotidiens.

D’après vous, qu’y a t’il de commun entre Roméo et Juliette, Tristan et Iseult, Autant en emporte le vent, Titanic… ? Le mythe de l’amour passion ! Un amour involontaire, un amour puissant contre lequel les amoureux ne peuvent rien et qui emporte tout sur son passage. C’est une croyance que cet amour a besoin d’obstacles pour exister, c’est une croyance que cet amour doit être vécu avec des sensations fortes, des émotions destructrices, il reste alors dans l’imaginaire l’intensité de la passion dévorante face à l’ennui de la relation au quotidien. C’est un mirage ! D’ailleurs cet amour de cinéma est voué à la mort, à l’échec.

Bien sûr vous ne décidez pas de tomber amoureux ! Si la rencontre peut être imprévue, si l’attirance physique ne se contrôle pas, le sentiment amoureux lui va se développer dans la relation à l’autre. Le sentiment amoureux pourra être vécu de façon intense les premières années et se transformer en un lien puissant d’attachement. Ce sont les projets, les désirs, les rêves à deux qui vont façonner le couple. C’est le désir, la volonté de se projeter dans l’avenir ensemble qui va permettre au couple de durer.

Alors remplissez votre réalité de merveilleux pour que votre couple ne soit pas un mythe !

Sophie Lortat-Jacob